Le chant adoucit les éléments

Six semaines de route contre les éléments naturels et un bouleversant documentaire sur les éruptions volcaniques ont failli nous faire quitter l'Islande pour toujours. C'était sans compter les "Pearls of Icelandic Songs" qui nous ont révélé des auteurs, des compositeurs et des interprètes islandais inoubliables.

Vent, pluie, froid, brouillard et neige; ou encore chaos, cailloux, poussière, tôle ondulée, boue et passages à gué; mais aussi tremblements de terre, éruptions volcaniques, nuages mortels, inondations destructrices et montagnes de lave. Ces quelques mots résument notre expérience après six semaines sur les routes islandaises. L'expérience en vaut sans doute la peine, tant le spectacle des paysages et le rapport aux éléments naturels est rude et magnifique à la fois; mais nous nous demandions comment il est possible de passer sa vie sur cette île, nous comprenions la relativement grosse émigration qui a touché la population islandaise.

Cependant, en relâchant dans certaines bourgades ou à Reykjavik nous avons ressenti une ambiance très agréable et nous avons rencontré des gens hospitaliers et très souriants. Les islandais ont développé un art de vivre fonctionnel et probablement adapté à leurs rudes conditions d'existence. Le rétablissement après les éruptions volcaniques, le redressement après les crises économiques, le fait de vivre avec un soleil le plus souvent caché, même en été, ou de devoir payer la bière et le pinard trois ou quatre fois plus cher que chez nous ne les empêchent pas de savoir vivre. Il y a quelques tables raffinées avec simplicité qui servent des menus absolument délicieux. Pour tenir un budget défendable, nous avons acheté le poisson, le mouton, le poulain, mais aussi les agrumes et les légumes les plus savoureux dans les magasins artisanaux ou industriels. Apprêtés par Jocelyne, les petits plats mangés au bord des fjords ou sur les ports de pêche ont presque fait oublier le bon pain et le bon fromage presque inexistants et le vin décidément trop cher.

Et l'oreille s'habituant, nous apprécions de plus en plus d'entendre les islandais parler. Impossible de saisir quoi que ce soit, de distinguer les noms, les verbes et les adjectifs; mais la musique est belle et le ton est chaleureux. On pourrait croire que les islandais ont inventé une langue pour adoucir leur ordinaire. En lisant les noms de village et de certains endroits, nous retrouvons une étymologie commune aux langues latines (école = skóli, ville = borg ou encore mairie = ráðhúsið). L'écriture fait appel à des caractères dont nous ignorons la prononciation; ce qui nous conduit à lire les mots d'une manière incompréhensible à un islandais. L'étranger prononce habituellement le ð comme un d ou un t, parce-qu'il ressemble à un d ou à un t; alors qu'il doit plutôt se prononcer comme un th anglais de the. Le þ doit se prononcer comme le th anglais de thing; alors que nous le disons comme un p auquel il ressemble. Prudence donc avant de se lancer dans une tirade en islandais sans leçon de phonétique. Nous nous limiterons à bonjour (halló), à s'il vous plaît (vinsamlegast), à merci (þakka) et à au revoir (bless).

Arrive le jour où nous achetons un peu de musique locale, habitude prise dans toutes les régions traversées. Nous nous décidons pour un album de jazz de Jóhann Gunnarsson. Un morceau illustre la chronique précédente intitulée Qui veut de l'eau? C'est comme l'Islande, il faut un peu insister pour apprécier. Quelques jours plus tard nous visitons le Centre de la Musique traditionnelle islandaise de Siglufjörður - à ne pas manquer, tout comme le Musée de l'Epoque du Hareng en Islande - et nous achetons un album intitulé Aldarblik d'Eyjólfur Eyjólfsson, Ágúst Ólafsson et Ástríður Alda Sigurðardóttir. Et c'est une première révélation. La chanson traditionnelle islandaise nous enchante aussitôt. Nous tombons sous le charme des trois interprètes, leurs chants nous racontent des histoires qui semblent avoir passé par dessus les vagues de l'océan et les coulées de lave, qui semblent avoir percé de lumière le ciel ici presque toujours gris. La tendresse des mélodies arriverait-elle à effacer la rudesse de la vie sur cette île?

Alors quand nous allons visiter l'Harpa de Reykjavik, son somptueux nouvel opéra, nous ne résistons pas à acheter des billets pour les Pearls of Icelandic Songs. Et bien nous en a valu. Nous passâmes un moment de bonheur absolu dans une salle à l'acoustique extraordinaire. - Toute l'architecture du bâtiment est d'ailleurs éblouissante -.

Merci et bravo à:

     •     Þorsteinn Erlingsson, Guðmundur Magnússon, Halldór Laxness, Benedikt Gröndal, Grimur Thomsen, Davið Stefánsson frá Fagraskógi, Jónas Hallgrímsson, Eggert Ólafsson, Theódóra Thoroddsen, Steinn Steinarr, Gunnar Reynir Sveinsson, Indriði G. Þorsteinsson, Jón Thoroddsen, Þorsteinn Gylfason et Indriði Einarsson - auteurs/trices,

     •     Sigfús Einarsson, Jón Þórarrinsson, Sveinbjörn Sveinbjörnsson, Sigvaldi Kaldalóns, Páll Ísólfsson, Emil Thoroddsen, Sigfús Halldórsson, Jón Ásgeirsson, Gunnar Reynir Sveinsson et Atli Heimir Sveinsson - compositeurs/trices,

     •     Lilja Guðmundsdóttir, Egill Palsson et Sólborg - interprètes.

Le spectacle était augmenté de projections de portraits des auteurs/trices et des compositeurs/trices ainsi que de brèves introductions des interprètes. Nous apprîmes en particulier que la tradition islandaise de la musique classique et de l'opéra est relativement récente. L'Orchestre symphonique d'Islande n'a été crée qu'en 1950. Pendant plus longtemps qu'ailleurs, la musique traditionnelle a été la musique de référence en Islande. Est-ce la raison pour laquelle ces Pearls of icelandic Songs nous ont semblé tellement contemporaines?


Reykjavik, le 6 juillet 2017 / Renaud Tripet


Þú Hýri Hafnarfjörður