Les acadiens ont tourné la page

Le Village historique acadien de Bertrand est un véritable musée vivant qui nous plonge dans les souvenirs de nos parents et de nos grands-parents. Mais il nous montre aussi comment un peuple déporté et largement massacré par le colonisateur britannique a réussi à tourner les pages douloureuses de son histoire en préservant son identité et en se projetant dans l'avenir.

Les déportations, les massacres et les génocides marquent d'une pierre noire l'histoire de l'humanité, d'autant plus que les peuples auteurs de ces méfaits les occultent la plupart du temps et ne les reconnaissent que rarement. L'économie mondiale écrase la culture avant de lui redistribuer quelques miettes de ses profits, comme pour nourrir sa victime juste assez pour qu'elle survive et qu'elle puisse continuer à être maltraitée. Les nombreuses réserves indiennes que le voyageur traverse d'Alaska à la Terre de Feu sont le tragique témoignage de cette histoire sur le continent américain.

Rappelons que les acadiens, issus de populations installées dans les actuelles provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick et de l'Ile-du-Prince-Edouard ainsi qu'en Gaspésie depuis plus de dix milles ans, ne portent leur nom que depuis le début du XVIIème siècle. Comme pour tous les autres peuples de La Terre, ils sont le fruit des grandes migrations humaines animées par l'instinct de survie. Ils se retrouvent otages des conflits qui opposent les colons britanniques et français au Nord-Est américain et cherchent à éviter de prendre parti. Alors que les britanniques craignent que les acadiens ne se comportent pas en fidèles sujets de la Couronne, ils entreprennent de les déporter par milliers, en particulier dans l'actuelle Louisianne, en séparant les hommes, les femmes et les enfants. Leurs biens seront distribués aux nouveaux colons arrivés d'Europe et les résistants seront massacrés.

C'est à La Nouvelle Orléans que l'histoire des acadiens a commencé à nous interpeller. Contrairement aux autochtones indiens bloqués dans des réserves et aliénés à l'alcool; à la différence des africains réduits à de la marchandise humaine avant d'être soumis à une ségrégation qui n'a pas encore complètement disparu et d'être les victimes des pires trafics de drogue; les acadiens ont réussi à reconquérir un territoire, une identité, une culture et une dignité.

Les acadiens se battent aujourd'hui pour maintenir une société francophone dans un pays où l'anglais est très largement majoritaire et pour développer une économie de substitution à l'exploitation minière et à l'agriculture qui occupent de moins en moins de bras. Ils valorisent admirablement leurs paysages pour en faire une ressource touristique attractive; c'est ainsi qu'a été construit le très réussi Village historique acadien de Bertrand.

Le village regroupe un ensemble de fermettes, d'ateliers d'artisans, et de petites fabriques. Une gare ferroviaire, un hôtel et une banque le complètent pour restituer ce que pouvait être une agglomération au tournant du XXème siècle. C'est d'autant plus réussi que chaque maison et chaque atelier, y compris l'hôtel et la scierie sont animées par des acteurs-guides-producteurs qui cultivent, soignent les animaux, produisent de l'artisanat et font à manger en respectant scrupuleusement les savoir-faire d'époque.

Nous avons aimé ces acteurs-guides-producteurs nous présenter leurs maisons et leurs ateliers, et nous exprimer leur attachement aux us et coutumes de leurs ancêtres. Leur implication dans la défense actuelle du peuple acadien est une forme d'hommage aux dures luttes livrées par les anciens pour survivre au génocide qu'ils désigne pudiquement le grand dérangement.


Bertrand, le 31 août 2016 / RT


Photos:

     •     Gauche: un port historique pour transporter les produits agricoles.

     •     Milieu: repas traditionnel cuit pour trois ou quatre travailleurs du musée.

     •     Droite: un aboiteau pour protéger les champs cultivés des hautes eaux.

Tous les Acadiens